Valeurs d'AIM

“Si donc il y a quelque consolation en Christ, s’il y a quelque soulagement dans la charité, s’il y a quelque union d’esprit, s’il y a quelque compassion et quelque miséricorde, rendez ma joie parfaite, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée. Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ” Philippiens 2:1-5

  • L’unité et la trinité de Dieu, qui existent éternellement en trois personnes co-égales : le Père, le Fils et le Saint Esprit.
  • Dieu est Créateur et Conservateur de toutes choses, Il a créé l’Homme, homme et femme, à Son image, et leur a donné la domination sur la création terrestre.
  • La divinité et l’humanité de Dieu le Fils, le Seigneur Jésus-Christ, qui, étant lui-même Dieu, s’est fait homme, engendré par l’Esprit Saint, né de la Vierge Marie, a été crucifié, mort et enterré, ressuscité d’entre les morts, et est monté à la droite du Père, dont les deux natures demeurent éternellement et inséparablement unies en une personne.
  • La divinité et la personnalité de Dieu le Saint-Esprit, et la nécessité de Son œuvre pour rendre la mort de Christ efficace pour chaque pécheur, qui le pousse à la repentance devant Dieu et lui donnant foi dans le Seigneur Jésus Christ ; et dans Son ministère, habitant en permanence le croyant et travaillant à travers lui pour l’aider à vivre et servir pieusement.
  • L’inspiration divine, verbale, l’infaillibilité et l’inerrance des Écritures de l’Ancien et du Nouveau Testament telles qu’elles ont été données à l’origine, et leur autorité absolue et finale dans toutes les questions de foi et de conduite.
  • Le péché universel et la culpabilité de la nature humaine depuis la chute, rendant l’homme sujet à la colère et à la condamnation de Dieu.
  • La mort sacrificielle de notre Représentant et Suppléant, le Seigneur Jésus-Christ, le Fils incarné de Dieu, duquel le sang expiatoire a été versé pour les péchés du monde entier et seul moyen par lequel les hommes sont rachetés de la culpabilité, de la peine de mort et de la puissance du péché.
  • La nécessité de la nouvelle naissance comme œuvre du Saint-Esprit, qui s’obtient seulement en recevant le Seigneur Jésus-Christ comme Sauveur. Les hommes sont sauvés par la grâce, par la foi, et non par les œuvres.
  • La sécurité du croyant, basée entièrement sur l’œuvre expiatoire du Seigneur Jésus-Christ, par laquelle, en tant qu’enfant né de nouveau de Dieu, il a l’assurance du salut et a droit à tous les privilèges des fils de Dieu.
  • La responsabilité du croyant de maintenir de bonnes œuvres et d’obéir à la volonté révélée de Dieu dans la vie et le service, à travers lesquelles il recevra des récompenses éternelles.
  • La Vraie Église, dont la Tête est le Seigneur Jésus-Christ, et dont les membres sont tous des personnes régénérées unies au Christ et les unes aux autres par l’Esprit Saint.
  • L’observance des ordonnances du Baptême et de la Cène du Seigneur telles qu’établies par le Seigneur Jésus-Christ.
  • La mission suprême de l’Église comme étant de glorifier Dieu et de prêcher l’Évangile à toute créature.
  • Le retour personnel et visible du Seigneur Jésus-Christ.
  • La résurrection du corps.
  • La bénédiction éternelle du sauvé et la punition éternelle du perdu.

Par la grâce de Dieu, le message du royaume que les missionnaires ont aidé à apporter en Afrique est devenu un levain qui a transformé la vie de millions de personnes. Il continue de croître. Comme une graine de moutarde, minuscule par endroits mais déterminée, il peut être étouffé, écrasé, repoussé, mais il continue de grandir. Il se développe malgré, ou à cause de, sa faiblesse. Dans de vastes régions d’Afrique, il est devenu “plus grand que tous les légumes, et pousse de grandes branches, en sorte que les oiseaux du ciel peuvent habiter sous son ombre” (Marc 4:32).

L’évangile glorieux, que nous partageons en tant que disciples de Jésus, commence avec notre Dieu créateur souverain qui a créé l’Homme à son image. Chaque personne est créée avec une dignité égale. La Bible est claire : tous les individus doivent être traités avec la même valeur. Le racisme – les préjugés, la discrimination ou l’antagonisme d’un individu, d’une communauté ou d’une institution à l’égard d’une ou de plusieurs personnes en raison de leur appartenance à un groupe racial ou ethnique particulier, même de manière inconsciente – est contraire à l’Évangile. C’est un péché.

En lisant l’histoire de la croissance de l’Église en Afrique, les preuves ne manquent pas que les agences missionnaires et les missionnaires individuels ont adopté des attitudes et des comportements qui ne reflètent pas notre appel en tant que disciples de Jésus, à savoir aimer les autres comme nous nous aimons nous-mêmes (Matthieu 22:39). Au cours des 125 ans d’histoire d’AIM, il y a eu des cas de racisme ; nous ne sommes pas à l’abri d’attitudes et de comportements racistes aujourd’hui. Nous les rejetons et nous nous en repentons.

En obéissance à Christ, et poussés par le fait qu’il y a des millions d’Africains qui vivent et meurent encore sans avoir l’occasion d’entendre parler de Christ, nous ne pouvons pas garder l’évangile pour nous. Nous annonçons Jésus aux perdus dans des équipes multiculturelles, travaillant ensemble sur un pied d’égalité, liées par notre unité en Christ. Nous travaillons en partenariat avec des Africains et des églises africaines alors qu’ils font un travail pionnier parmi des populations non atteintes. Nous y allons, comme Jésus l’a ordonné, comme un débordement de l’amour de Dieu pour nous, un amour qui ne peut être contenu.